Les campagnes de surveillance des milieux

Campagne de surveillance de juin 2020

La surveillance des eaux souterraines, des gaz du sol et de l’air intérieur des habitations et d'ETS et ERP (*) est mise en œuvre tant que les sources de pollution au droit du site ne sont pas maitrisées. Elles sont réalisées semestriellement (périodes estivale et hivernale) et permettent d’être attentif à l’évolution globale de la qualité de ces milieux.

Les résultats de la campagne de juin 2020 sont les suivants :

MilieuxNombre de prélèvementsRésultats
Eaux souterraines5 piézomètresRésultats sur site et hors site du même ordre de grandeur que les campagnes précédentes, avec une exception sur 2 Pz  (1er en forte baisse, le second en forte hausse)
Gaz du sol14 piézairsRésultats hors site plus faibles que les campagnes précédentes
Air ambiant7 habitations, 4 ETS et 1 ERPRésultats hors site plus faibles que les campagnes précédentes
Teneurs en TCE dans 2 habitations (maximum de 3.08 µg/m3 d’air) 
Aucunes teneurs dans les ETS et ERP

(*) : ETS : crèche de Saint-Cybard, écoles Mario ROUSTAND, Victor DURUY et Charles PERRAULT
ERP : ex musée du cinéma 

Interprétation des résultats

Les résultats de cette campagne de surveillance s’avèrent globalement plus faibles que ceux de décembre 2019. Ce constat est généralement observé lors des campagnes menées en situation de basses-eaux (période estivale) en comparaison de celles menées en situation de hautes-eaux (période hivernale). Ceci explique pourquoi la surveillance est menée sur plusieurs campagnes, permettant ainsi une analyse des tendances globales. 


Campagne de surveillance de janvier et février 2021

Les résultats de la campagne de surveillance menée en janvier et février 2021 dans les eaux souterraines, l’air du sol et l'air ambiant sont les suivants :

MilieuxNombre de prélèvementsRésultats

Eaux souterraines

(Sur site et hors site)

 

15 piézomètres (Pz)

Résultats sur site et hors site du même ordre de grandeur que les campagnes précédentes, avec les variations suivantes :
-Au droit de Pz11 localisé au droit du site : baisse des teneurs potentiellement liée aux purges successives effectuées au droit de cet ouvrage et à l'absence de réalimentation de celui-ci
-PzT13 localisé au droit du site : forte hausse potentiellement liée à la pose récente de cet ouvrage en remplacement d'un ouvrage implanté par TEREO en 2011 (ouvrage implanté à une profondeur plus importante que Pz3 avec un passage de 6 à 9 mètres)
-Pz26 localisé en dehors du site et en bordure de la Charente : baisse des teneurs potentiellement liée aux conditions hydrauliques (niveau d'eau plus élevé de 50 cm au sein de l'ouvrage)

Gaz du sol

(hors site) * 

9 piézairsRésultats sensiblement du même ordre de grandeur que la campagne hivernale précédente
A noter : 5 ouvrages n'ont pu être prélevés en raison de la présence d'eau en fond d'ouvrage, malgré les purges successives (présence d'eau potentiellement en lien avec la période hydraulique (période de hautes eaux) associée à de fortes précipitations qui ont eu lieu pendant cette campagne)

Air ambiant

(hors site)

13 habitations + 1 ERP (ex musée du cinéma)**

Résultats obtenus de l'ordre de grandeur de ceux de la campagne de décembre 2019 :
-Dans les habitations : 3 habitations concernées par des teneurs en TCE > 10µg/m3 (aucune des teneurs mesurées ne dépasse la valeur d'action rapide***) ; 6 habitations concernées par des teneurs en TCE comprises entre 2 et 10µg/m3
-Dans l'ERP : teneurs comprises entre 2,10µg/m3 et 2,53µg/m3 de TCE, conformes à la campagne hivernales précédente (mesurées sur des supports passifs)

(*) : Pas de surveillance des gaz du sol sur le site en raison de l’absence d’usagers et de l’absence de problématique de qualité d'air intérieur.

(**) : Arrêt de la surveillance des établissements sensibles (crèche de Saint-Cybard, écoles Mario ROUSTAND, Victor DURUY et Charles PERRAULT) décidé en accord avec les services de l'Etat, compte-tenu qu'aucune teneur en COHV n'a été mesurée dans l'air ambiant depuis 2018. 

(***) : Rappel : les nouvelles valeurs de qualité de l'air intérieur définies par le Haut conseil de la santé publique sont désormais de 10µg/m3 d'air pour la valeur repère (auparavant de 2µg/m3) et de 50µg/m3 pour la valeur d'action rapide (auparavant de 10µg/m3)

Interprétation des résultats :

Les résultats de cette campagne hivernale de surveillance s’avèrent être dans les mêmes ordres de grandeur que ceux de la précédente campagne de décembre 2019 avec quelques variations mentionnées dans le tableau

La surveillance est menée sur plusieurs campagnes permettant ainsi une analyse des tendances générales.